menu fermer

L’ILB noue un partenariat avec l’African Risk Capacity de l’Union Africaine

En Afrique de l'Ouest, des millions de personnes sont en insécurité alimentaire. Crédits : PAM

L’Institut Louis Bachelier (ILB) va collaborer avec l’African Risk Capacity (ARC), une Agence Spécialisée de l’Union Africaine visant à prévenir, anticiper et gérer les événements climatiques extrêmes affectant la sécurité alimentaire et les moyens de subsistance des populations du continent.

Ce partenariat vise à « créer un mécanisme financier innovant pour opérationnaliser la réponse financière de la réserve de sécurité alimentaire régionale de la CEDEAO (Communauté des Etats de l’Afrique de l’Ouest) ».

Il faut dire que cette région est particulièrement sensible aux événements climatiques, en particulier les sécheresses et les stress hydriques, qui ont d’importantes conséquences notamment sur l’alimentation des populations, ainsi que sur la gestion des ressources naturelles locales.

Un nouveau produit pour assurer la sécurité alimentaire

Concrètement, l’ILB, à travers son DataLab regroupant des ingénieurs en science de données (data scientists) et des chercheurs, va analyser et étudier les données de deux agences africaines spécialisées dans la sécurité alimentaire. L’objectif est d’identifier les corrélations et les complémentarités entre les données des deux organismes, afin de parvenir à la construction d’un nouveau produit assurantiel.

Améliorer les dispositifs existants

Pour faire face à cette insécurité alimentaire, la CEDEAO dispose déjà d’une réserve alimentaire physique pour aider ses états membres en cas de problème. D’autres organismes aident les pays de la région. Ainsi, le Comité permanent InterEtats de Lutte contre la Sécheresse dans le Sahel (CILSS) a participé à la mise en place par le biais du centre agro-hydrométrique (AGRHYMET) d’une base uniformisée de données sur la sécurité alimentaire et nutritionnelle. Ces informations ont été intégrées dans un « Cadre Harmonisé », cadre analytique global qui vise à aider les gouvernements de la région à prévenir et gérer les crises alimentaires.

De son côté, l’ARC a développé le logiciel AfricanRiskView avec le Programme Alimentaire Mondial de l’ONU. Cet outil permet de définir un profil de risque alimentaire par pays, des plans de contingence et de calculer la part du risque qui est assurable. Cette agence a ainsi créé un produit d’assurance paramétrique : ARC Insurance Company Limited pour mutualiser les risques des pays souscripteurs. Ce produit d’assurance repose sur des données météorologiques satellitaires, ainsi que des données sur la vulnérabilité des populations dans différentes zones géographiques du continent.

Un partenariat en plusieurs étapes

Le projet commun entre l’ARC et l’ILB DataLab va se dérouler en plusieurs phases. Dans un premier temps, l’ILB DataLab va travailler sur les données de l’ARC et d’AGRHYMET, afin d’identifier le maillage géographique et temporel de correspondance le plus fin permettant de mener des analyses de corrélation et surtout de complémentarité, grâce aux données regroupées des deux organismes. Une fois que cette étape sera finalisée, les autres phases visant à créer un nouveau produit d’assurance complémentaire de l’existant se dérouleront progressivement.