menu fermer

ILB Methods n°2 : la gestion active de la demande en électricité

L’Institut Louis Bachelier (ILB) a lancé le deuxième numéro de sa collection « ILB Methods », au cours d’un évènement, qui s’est déroulé mardi 28 janvier au Palais Brongniart. Ce nouveau numéro porte sur la gestion active de la demande en électricité et a été réalisé avec la participation de René Aïd, professeur d’économie à l’Université PSL Paris-Dauphine.

La gestion active de la demande d’électricité est un dispositif utilisé par des producteurs de cette énergie qui vise à inciter les particuliers à réduire leur consommation certains jours de l’année, lorsque la production est particulièrement contrainte. Il faut dire que la spécificité du système électrique implique que la production soit toujours égale à la consommation. Dans le cas contraire, les producteurs subissent des pénalités financières.  

Or, si la demande est très élevée, en hiver par exemple quand les températures sont basses, les producteurs doivent y répondre, en mobilisant des moyens de production inutilisés, comme des centrales thermiques, et qui coûtent chers à démarrer.

Les consommateurs soumis à l’aléa moral

Pour contourner ces difficultés, satisfaire la demande des consommateurs et maximiser ses revenus, un producteur peut proposer un contrat pour les inciter à réduire leur demande certains jours en échange d’un tarif plus avantageux le reste de l’année. Cependant, le producteur ne peut pas savoir si les consommateurs ont répondu favorablement ou non à son signal indiquant la limitation de la consommation. Dans ce cas-là, il y a une situation d’aléa moral, qui est pénalisante pour le producteur : le consommateur peut bénéficier d’une baisse de prix sans forcément réduire sa demande lorsque le producteur le lui indique.

Un contrat optimal à proposer aux consommateurs

Pour éviter les situations d’aléa moral néfastes au producteur, de nouvelles méthodes issues de la théorie des contrats en temps continu permettent de modéliser et ainsi de proposer aux consommateurs des contrats optimaux. Ces derniers sont composés d’une part fixe et d’une part variable, qui envoient des incitations économiques efficaces pour que les clients réduisent leur consommation à la demande du producteur.

Pour davantage d’explications, visionnez l’ILB Methods n°2 dans la vidéo ci-dessous :