Conférence animée par Patrizia Carrieri, Ingénieur de Recherche INSERM – épidémiologiste
Unité 1252 “Sciences économiques et sociales de la santé et traitement de l’ information médicale”, Marseille

Les troubles liés à l’usage d’alcool (TUAL) représentent un problème majeur pour la santé et la société, mais, en France, seulement 10% des personnes ayant des TUAL bénéficient d’une prise en charge psychosociale ou médicale. Les médecins généralistes occupent une place privilégiée au sein de la cascade de soins des TUAL, que ce soit pour leur dépistage, leur prise en charge, ou pour l’orientation des patients vers des spécialistes.

L’éventail d’approches, pharmacologiques ou non, ciblant autrefois principalement l’abstinence comme objectif thérapeutique, s’est depuis peu élargi pour intégrer des approches visant la réduction de la consommation et/ou la consommation contrôlée, avec notamment l’apparition de pharmacothérapies telles que le nalméfène et le baclofène.
Dans ce contexte, il nous semblait prioritaire d’améliorer notre connaissance des barrières individuelles et structurelles à l’accès aux soins pour les personnes atteintes de TUAL et d’identifier les conséquences d’une prise en charge insuffisante et ainsi éclairer les enjeux d’une meilleure prise en charge globale.

L’ensemble de ces résultats souligne que le dépistage des TUAL est encore insuffisant en médecine générale et que la formation des médecins généralistes, la généralisation de la prise en charge des troubles liés à l’usage de substances psychoactives et la simplification du parcours de soins sont nécessaires. Un meilleur dépistage des TUAL en médecins généralistes et une prise en charge globale qui incorpore aussi la réduction des dommages et l’amélioration de la qualité de vie doit être inscrite dans les recommandations, encore plus chez les personnes affectées par d’autres comorbidités.

Inscription

Organisateur

Lieu

Institut Louis Bachelier Palais Brongniart - 16 Place de la Bourse, Paris, 75002 France