Discipline scientifique née il y a plus de soixante ans, l’intelligence artificielle a pour objet de modéliser, avec des ordinateurs, l’ensemble des facultés intellectuelles. Elle a participé à la révolution numérique qui a transformé le monde dans lequel nous vivons. La mise en œuvre des techniques qu’elle a contribuées à développer recourt à une forte puissance de calcul qui constitue, à certains égards, une menace pour le développement durable. A titre d’illustration, les vingt mille milliards de requêtes quotidiennes sur les moteurs de recherche consomment une énergie non négligeable.

Cependant, l’intelligence artificielle peut aussi contribuer à une meilleure gestion des ressources en aidant à anticiper les évolutions et, ce faisant, à rationaliser les processus de prise de décision. Pour cela, elle peut exploiter les immenses quantités d’information générée par de nombreux capteurs et s’appliquer à des domaines tels que le chauffage, la logistique de l’approvisionnement et des transports, l’agriculture, etc. De fait, l’intelligence artificielle offre de nombreuses opportunités pour le développement durable.

Toutefois, aujourd’hui, les géants de l’internet forgent un imaginaire collectif prométhéen avec des visions prospectives comme celle de la Singularité technologique qui font fi de toutes les questions écologiques et a fortiori de tout ce qui a trait au développement durable. Il appartiendra, certainement, de promouvoir de nouvelles perspectives en ces matières au niveau européen.

Conférence-débat animée par Gaël Giraud, chef économiste de l’AFD.

Avec : Jean-Gabriel Ganascia est professeur d’informatique à la faculté des sciences de Sorbonne Université. Il poursuit ses recherches sur l’intelligence artificielle, l’apprentissage machine, la fusion symbolique de données, l’éthique computationnelle, l’éthique des ordinateurs et sur le versant littéraire des humanités numériques au laboratoire d’informatique de l’université Paris 6.

Il est président du comité d’éthique du CNRS, membre senior de l’institut universitaire de France, de la commission de réflexion sur l’éthique des recherches dans les sciences du numérique d’Allistene (CERNA) et de l’association européenne pour l’intelligence artificielle (EurAI). En 2017, Jean-Gabriel Ganascia a publié Le mythe de la Singularité : faut-il craindre l’intelligence artificielle ? (éditions du Seuil) et L’intelligence artificielle : vers une domination programmée ? (éditions du Cavalier Bleu).

Lieu

Le mistral 3 Place Louis-Armand 75012