Intervenant

Guglielmo Zappalà, doctorant à Paris School of Economics.

Les perceptions subjectives et l’exactitude façonnent-elles l’adaptation au changement climatique? Témoignages du Bangladesh

Cet article examine comment les perceptions subjectives du changement climatique des ménages ruraux au Bangladesh influencent leurs décisions d’adaptation à l’irrigation. En utilisant un ensemble de données de panel représentatif national unique d’agriculteurs au Bangladesh, j’étudie l’effet des perceptions subjectives sur l’utilisation de différents types d’irrigation au cours de diverses saisons de croissance. Je formalise un cadre théorique dans lequel les perceptions subjectives dépendent de l’environnement de référence auquel les agents sont exposés et j’en teste les implications. J’ai également défini et validé empiriquement l’hypothèse selon laquelle les agriculteurs sont soumis à un biais de disponibilité, constatant que les récentes sécheresses autodéclarées conduisent à une réaction excessive dans l’utilisation de l’irrigation sur les terres cultivables, l’effet disparaissant après une période. En comparant les souvenirs des agriculteurs des épisodes de sécheresse autodéclarés et des événements enregistrés objectivement, je trouve que la précision des agriculteurs explique les différences dans les décisions d’adaptation à l’irrigation, avec des réactions différentes à la sous-estimation et à la surestimation de ces événements. Une compréhension détaillée des perceptions des agriculteurs sur le changement climatique et les stratégies d’adaptation peut contribuer de manière significative à la conception de politiques adéquates pour la sécurité agricole.

INSCRIPTION

Organisateur

Lieu

Webinaire