Le chimiste et homme politique, Marcellin Berthelot, défendait un point de vue très positiviste qu’il résumait ainsi : « le monde ne saurait être deviné ».
L’histoire des sciences montre que, au contraire, la science devine souvent, et doit, à cette fin, prendre des risques, conceptuels et pratiques. D’où vient la confiance qu’on lui accorde ? Et la mérite-t-elle ?
Un mathématicien et un physicien dialoguent à partir de leur expérience pratique et de leur réflexion théorique sur le statut de leurs sciences dans le contexte socio-politico-économique actuel, notamment sous l’angle de la transmission des savoirs, des relations avec la culture, et de l’empreinte des croyances, au regard des évolutions qui confirment ou infirment les grandes épistémologies du 20ème siècle.

Nicolas Bouleau suivra un petit parcours de philosophie de la connaissance suivant « La ligne de partage entre précaution et providence »

Jean-Marc Lévy-Leblond discutera du rapport entre créativité et méthode sous l’intitulé « La science au risque de la pensée »

Un échange avec la salle s’ouvrira ensuite conduit par Giuseppe Longo.

La conférence aura lieu lundi 21 octobre de 17H à 20H
à l’Ecole Normale Supérieure, salle Jaurès
29 rue d’Ulm 75005 Paris

Croyances et risques
dans la pratique des sciences
dans le cadre des rencontres du Groupe Cardano
cf. https://cardano.visions-des-sciences.eu/frr

Organisateur

Lieu

Ecole Normale Supérieure 29 rue d’Ulm, Paris, 75005 France