INTERVENANTE :

Sandrine SPAETER-LOEHRER
BETA et Université de Strasbourg

 

Face aux risques majeurs, les capacités financières des assureurs privés sont vite atteintes. La réassurance est ainsi incontournable pour leur permettre à la fois de maintenir une solvabilité acceptable (et réglementaire) et d’indemniser leurs clients assurés, a minima, jusqu’à certains plafonds.

Dans ce contexte, la réassurance classique peut elle-même atteindre ses limites. Le transfert des risques de catastrophes peut alors se faire vers les marchés financiers grâce à une titrisation à grande échelle. Les obligations sur catastrophes (cat bonds), les options, swaps, sur catastrophes (cat options) permettent au souscripteur (un état vulnérable aux tremblements de terre, aux feux de forêt ; un assureur exposé aux risque majeurs) de gagner sur les marchés financiers au moment où il perd sur le marché physique suite à une catastrophe.

Après avoir succinctement présenté les caractéristiques principales de tels titres, nous discuterons de l’intérêt de considérer ce type de couverture des risques majeurs comme un complément, plutôt qu’une alternative, à la réassurance classique. Nous illustrerons nos propos à l’aide de stratégies de couverture ayant mobilisé ces instruments (Californie, Fukushima, …). Nous discuterons également de la pertinence de la titrisation pour couvrir le risque de pandémie, à l’heure où assureurs et Etat français construisent le nouveau système de couverture CATEX.

INSCRIPTION OBLIGATOIRE

Organisateur

Lieu

En ligne